If nothing happens after loading, please check your browser permissions.

« <> de Sylvain Leal active un échange inattendu entre la nature et la technologie. Un programme informatique créé par l'artiste imprime à son gré des paysages en langage ASCII, des figures d'arbre apparaissent sur le papier, qui se déroule automatiquement devant le spectateur. Un phénomène étrange se produit : pourquoi l'ordinateur choisit-il un motif plutot qu'un autre ? Cette action peut-elle se comprendre comme un début d'esthétique autonome de la machine ? La proposition frappe par sa modestie. De petite taille, elle se signale uniquement par le mouvement et par le bruit, comme si cette lente naissance de la machine créative se faisait dans l'intimité. C'est aussi une façon poétique de renverser le sens du développement capitaliste et écomeurtrier. Alors que l'industrie papetière et informatique est en grande partie responsable du désastre écologique, les machines dessinatrices de Sylvain Leal se mettent à rever d'arbres touffus, comme si le seul problème fondamental du rapport nature-machine était au fond l'utilisateur. PEBKAC. Comme si le papier activait sa mémoire atomique, et se souvenait de l'arbre dont il était issu, comme s'il rendait hommage à l'etre vivant auquel il doit la vie. »

Nicolas-Xavier Ferrand

<>

2017